randonnée en Ecosse, à conseiller

Avec beaucoup d’énergie, l’esprit d’aventure et un simple guide de marche, nous nous sommes rendus à la capitale écossaise, “Edimbourg”. Il devait y avoir cinq jours de course sur piste et, surtout en Écosse, le temps peut être très changeant.

La température annuelle moyenne est d’environ 19°C et vous pouvez vous attendre à de la pluie à tout moment. La pièce d’équipement la plus importante était donc une veste de course avec capuchon   étanche à l’eau et au vent .

Le bon équipement pour les conditions humides

Heureusement, en juillet, les jours sont un peu plus longs que les nôtres et c’est le mois le plus chaud de l’année. Cependant, les rochers, les prairies et les chemins peuvent y être très glissants alors de bonnes chaussures étaient donc indispensables.

Outre une chaussure de ville légère pour “Edimbourg”, j’avais deux chaussures de randonnée dans mes bagages (une chaussure légère, une autre d’écurie).

Les chemises suffisamment courtes et longues ne pouvaient pas manquer, ainsi que les pantalons courts de trail et les pantalons imperméables. Avec une cagoule, un bandeau, des chaussettes de compression et une deuxième veste de course légère, elle était rangée dans le sac à dos de randonnée  avec une vessie de boisson.

Courir entre les lacs profonds et les montagnes escarpées

Trail running :

Je n’avais jamais eu affaire à cela auparavant. Je suis un coureur de rue et le trail running est un tout nouveau territoire pour moi. Trouver les bonnes pistes de course n’a pas été très facile. Vous pourriez lire de nombreux conseils sur internet, mais les itinéraires concrets sont plutôt rares.

J’ai commencé la course à “Edimbourg”, où j’ai utilisé l’Arthur’s Seat sur la montagne locale de la capitale écossaise, haute de 251 m, pour courir quand le soleil brillait.

Comme je voulais voir beaucoup de choses différentes dans le paysage, j’ai planifié les itinéraires de manière à ce qu’il n’y ait pas d’étapes de plusieurs jours. Ce qui, rétrospectivement, s’est avéré être la bonne décision, notamment en raison des conditions parfois très humides.

Les jours suivants, nous sommes allés directement dans les “Highlands”. En passant par des châteaux écossais, des prairies luxuriantes et de beaux sentiers, j’ai conduit jusqu’à “Lochnagar”, au Loch Muick, entouré de montagnes escarpées, où j’ai marché sur le “Cac Carn Beag”. Il m’a récompensé par une vue fantastique sur les montagnes solitaires du “Cairngorm”.

A l’opposé, du “Loch Affric”, un lac isolé bordé de vieux pins et servant endroit à de nombreuses espèces animales rares. À travers des prairies marécageuses avec des vues à couper le souffle sur le lac, sur des sentiers solitaires, le temps écossais m’a frappé pour la première fois.

Complètement trempé et épuisé, je savais maintenant pourquoi il ne fallait pas économiser avec du matériel étanche à la pluie en Écosse.

Le quatrième jour, la scène royale m’a conduit aux “Cuillins” sur la péninsule de “Skye”. En descendant vers la mer, avec une traversée aventureuse de la rivière, nous sommes passés par des falaises accidentées et des pierres glissantes le long de la côte escarpée jusqu’au “Loch na Creitheach”. Ce jour-là aussi, le beau paysage brumeux m’a fait oublier toute la fatigue des heures précédentes.

Je profite encore une fois de la dernière journée pour faire une dernière course relaxante sous le soleil “d’Edimbourg”. Des prairies douces, un vent doux, de nombreux moutons et des herbes hautes ont adouci ma course détendue, dans laquelle l’Écosse s’est montrée sous son meilleur jour.

Ma conclusion

L’Écosse est sans aucun doute un pays où l’on peut se promener dans une nature intacte. Cependant, il faut bien réfléchir à la planification de l’itinéraire et prévoir un temps de trajet de 3 à 4 heures entre chaque zone.

L’expérience de la course est nécessaire, surtout sur les surfaces partiellement déjà très mouillées et glissantes, et n’est recommandée qu’à titre conditionnel pour les débutants. L’équipement doit être à l’épreuve des intempéries, car il pleut souvent et le vent est si fréquent.

Pour ma part, je suis enthousiasmé par la diversité de l’Écosse et j’ai hâte de vivre une prochaine aventure.

Mon équipement

– Asics GEL Fuji Pro

– Capteur Asics GEL Fuji

– Formateur Asics GEL DS

– Veste de course fonctionnelle avec capuche

– Pantalons de course

– Pantalons de course courte

– Veste de pluie légère

– Chemise courte (3 pièces)

– Sac à dos de course

– Chemise Langes

– Pantalons courts résistants aux intempéries

– Hood

– Bandeau

– Buse de compression

Les itinéraires

Itinéraire 1 : Edimbourg – Arthur’s Seat – Holyrood Park – Portobello Beach  (à travers la ville)

Itinéraire 2 : Lochnagar – Loch Muick – Cac Carn Beag – Monts Cairngorm

Route 3 : Loch Affric – Carn Eige – autour du Loch Affric

Itinéraire 4 : Cuillins sur Skye – La mauvaise étape – Loch an Athain – Loch na Creitheach

Itinéraire 5 : la campagne d’Édimbourg idéale pour un court détour

Les spécialités

Cher mais bon, surtout la spécialité écossaise Shortbread et Black Pudding doit être goûtée. Bien entendu, le whisky écossais est également un must. Des bars et des cafés élégants sont disponibles dans les grandes villes “d’Edimbourg” et de “Glasgow”.