Un vélo prêt pour le printemps grâce à ces conseils !

Que vous rouliez en hiver ou que vous laissiez votre moto dans la cave pendant les mois froids, au printemps, lorsque les premiers rayons de soleil surgissent, il est agréable de mettre votre vélo en forme. Tout comme cela fait partie du nettoyage de l’appartement ou de la mise en valeur des vitres, il est agréable d’avoir un vélo impeccablement propre devant soi.

Si vous faites partie de ceux qui font du vélo en hiver, sachez que c’est la période où beaucoup de saleté et de croûte de sel s’accumulent, et où un nettoyage s’impose.

Entretien du vélo : ce qu’il faut savoir avant tout

Pas besoin d’être un mécanicien professionnel et spécialisé dans le vélo pour connaître des petites choses utiles pour l’entretien du véhicule. Avant même de commencer le nettoyage et les petites réparations, vous devez mettre des vêtements qui peuvent être assez sales, trouver un endroit approprié (en ville par exemple le balcon, à la campagne votre propre jardin ?) Préparez un seau d’eau tiède, du nettoyant pour agrumes, de l’huile pour chaîne (fine), un chiffon, une brosse à dents, un chiffon sec en microfibres et un jeu d’outils.

Il est conseillé de retourner le vélo – après, faites comme vous le sentez -, de le poser sur la selle et le guidon et de commencer à le nettoyer de la saleté avec une éponge. En aucun cas, vous ne devez utiliser un nettoyeur à pression. C’est tentant car c’est facile à faire, mais cela détruit les roulements en les remplissant d’eau. Les petites pièces et la chaîne peuvent être très bien nettoyées de la saleté avec une vieille brosse à dents. Dès que le vélo est à nouveau sec, vous pouvez le polir avec un chiffon en microfibre.

Pour enlever la saleté et les résidus de sel, il faut faire preuve de patience, car le nettoyage de la zone des rayons, en particulier, prend un certain temps. Après le polissage, je tourne la roue et je vérifie d’abord la pression des pneus.

Les petits travaux d’entretien à mener

La plage de pression idéale est généralement indiquée sur le pneu. On vous recommande une bonne pompe à pédale avec manomètre, sinon le gonflage devient une torture, surtout pour les vélos de course. Il est également conseillé de vérifier si les pneus sont fissurés et s’il n’y a pas d’objets pointus coincés dans la carcasse.

Ensuite, il faut vérifier les feux, c’est-à-dire, voir si la dynamo du moyeu du vélo produit de la lumière à l’avant et à l’arrière. Si vous utilisez des lampes à clipser, vérifiez que les piles sont encore assez puissantes pour produire une lumière adéquate. À cette occasion, vérifiez également tous les réflecteurs fournis dans le StVO et si certains manquent (la plupart dans les rayons), achetez-en de nouveaux. Les pneus avec une bande réfléchissante sur le bord sont pratiques. Ainsi, aucun réflecteur ne peut être perdu ou volé.

L’étape suivante consiste à vérifier les freins et le changement de vitesse. Les freins en état de marche sont ce qu’il vous faut quand vous faites du vélo, alors ne bricolez pas ! En cas de doute, il est recommandé de faire réparer le vélo par un spécialiste. Là, les freins et les vitesses seront réglés de manière professionnelle. S’il n’y a pas besoin de se rendre chez le professionnel, serrez et vérifiez tous les raccords à vis et à fiches et ajustez la selle.

Un point que vous ne devez pas oublier est l’antivol du vélo. Il est conseillé de vérifier son bon fonctionnement avant de faire votre premier tour. En effet, rien n’est plus ennuyeux que de ne pas pouvoir verrouiller correctement son vélo adoré à destination. En résumé, les vélos sont peu coûteux à entretenir, mais un certain nombre de soins et d’entretiens augmentent le plaisir de faire du vélo, car cela rend aussi vos progrès plus faciles et plus rapides. Bon début de printemps !

Les bienfaits de l’électrostimulation
Sous quelles formes consommer le CBD ?